«

»

Oct 22

Le plan de travail: et alors ? (2)

Après 6 semaines d’utilisation, il est temps de faire un petit point.

6 semaines, ça veut donc dire 3 plans de travail puisqu’ils ont une durée de 15 jours.

1. L’organisation:

En début de semaine 1, je distribue les leçons qu’on lit tous ensemble. A partir de là, chaque jour de la semaine 1, on fera une séance de découverte en français puis en maths, tous les matins, à raison de 30 min pour chaque. Bon, ça, c’est la théorie, dans la pratique, je n’y suis pas parvenue et je pense que c’est en partie un point énorme à revoir. 

J’ai toujours 1 créneau d’1h de PdT par jour. Sauf que je ne les ramasse plus à ce moment là mais le soir avant de sortir. Comme cela, ça permet aux enfants qui le désirent, d’avancer en dehors du créneau spécifique. Bilan: pour le coup, ils avancent vraiment.

Je corrige systématiquement chaque soir … je ne suis pas encore lassée mais c’est assez lourd à gérer quand même et je ne me sens pas pour le moment de procéder autrement, surtout si je veux que dès le lendemain, ils puissent revenir sur leurs erreurs.

Je suis toujours une adepte du post-it, c’est fou comme ça me facilite l’existence.

La petite nouveauté, c’est que je les fait clairement moins écrire. Mon problème après les deux premiers PdT, c’était de constater que certains enfants n’avançaient absolument pas. Pour la grande majorité, ça a été résolu en diminuant l’écrit. Fini les fiches à faire sur feuille de classeur, désormais, dans la mesure du possible, ils font cela sur la fiche directement.

Là où ils avaient toutes leurs fiches de la semaine le lundi de la semaine 1, désormais, ils vont les chercher au fur et à mesure. Et alors là … j’ai le nombre exacte de fiches dans chacun de mes 3 niveaux, parfaitement rangées dans les bannettes et … je ne comprends, systématiquement, il manque des fiches, ou elles ne sont plus rangées au bon endroit, ou ils ont pris une fiche du mauvais niveau …  Prochaine étape, inscrire le prénom des enfants sur les fiches pour éviter ce genre de désagréments bien pénibles.

 

2. Quel bilan ?

Pour les très bons élèves, ce dispositif est idéal, ça ne fait pas un pli. Pour les élèves plus fragiles, je ne suis pas aussi disponible que je le souhaiterais (ça tient autant à moi qu’au nombre et qu’à la disposition de la classe)  Sur 1h, j’ai à peine le temps de voir 5 ou 6 élèves individuellement, ça me frustre énormément. Sans compter que mes très bons ont aussi droit à l’attention de leur maîtresse et que je m’en veux quand je les laisse de côté.

Certains gosses en profitent toujours autant pour se tourner les pouces. Beaucoup moins que les 15 premiers jours, fort heureusement, mais quand même, j’ai 2 ou 3 irréductibles. Alors ça ne peut plus provenir de la tâche écrite parce que clairement, la masse de travail proposée est tout à fait réalisable sur 15 jours (voire même sur une semaine comme me l’ont prouvé certains).

Les corrections demandées et pointées ne sont pas toujours faites, il y a un énorme point à travailler ici.

Ils n’ont toujours pas le réflexe « cahier outil » mais plutôt « Maîtreeeeeeeeeeeeeesse j’ai pas compris ».

Le temps passé en correction est assez conséquent, ne nous leurrons pas. Celui en préparation l’est tout autant. Autant dire que pour préparer les 3 PdT de la prochaine période, il va bien me falloir 4 ou 5 jours.

Le tableau de suivi est un excellent outil.

Et enfin, j’ai 1 élève, un seul, qui n’accroche absolument pas mais là, c’est une autre histoire.

3. Et la prochaine étape, c’est quoi ?

Améliorer encore et toujours le dispositif. Le modifier peut être un peu en faisant entrer un champ lecture que je travaillerai avec ceci :

Mais du coup, ça risque d’être un peu lourd si je poursuis en plus la lecture suivie.

Allez, prochain bilan dans 2 mois !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>